Silence et mots (*)

11 décembre 2011 par

Il Silenzio e le Parole (*)

(*) Source: Enzo Bianchi , prieur de Bose, République 10 Décembre, 2011

"De nos jours, nous sommes envahis par les mots, par le bruit, le bavardage, dans la mesure où la pollution
son peut maintenant être comptés parmi les problèmes écologiques. Dans la société dans laquelle cacophonique
vivent, aussi, le mot est presque devenu un outil nécessaire à la mise en place et
célébration d'eux-mêmes. Il est donc compréhensible que de nombreux prévenir la nécessité du silence,
qu'ils aimeraient apprendre à se taire afin de redécouvrir la beauté du silence et, ensemble, la beauté de
formes de communication non-verbale. Silence équivaut au jeûne et le silence est verbalement
comparable au jeûne physique, aussi bien en bonne santé quand il est dans le corps et le psychisme.

Le silence n'est pas simplement l'absence de bruit et de parole, mais c'est une réalité plurielle.
Il ya un silence nécessaire à certains endroits, et en tant que telle imposée, il ya un silence inscrit des signes
dans l'écriture elle-même, c'est le silence entre les notes de musique ... En plus de ces silences fonctionnelle
il ya d'autres négatives, voire mortelles: les silences qui "pèsent", ce qui rend inquiet et
peur, le silence oppressant, le silence de l'abîme! En outre, il ya des silences complicie pleine de lâcheté,
silences qui doivent être brisées par la force d'un prophète, les silences de l'hostilité qui paralysent l'
communication, le silence de la solitude amère douloureux ... Mais il ya aussi des silences positifs,
essentiel. D'abord, le silence respectueux de la parole de l'autre, mais aussi choisi le silence
en sachant qu '«il ya un temps pour se taire et un temps pour parler." Le silence est un particulier
que l'amitié et l'amour, un silence de présence et la plénitude, dans lequel le support simple
ensemble est une source de joie. Enfin, il ya le silence intérieur, dans le cœur de chacun de nous, d'accueillir
la présence des autres et de l'Autre, Dieu

Mais pourquoi faire silence, car le silence pour apprendre d'une manière progressive et raisonnable?
Tout d'abord, dans le silence peut émerger les énergies qui se traduisent par une activité intellectuelle plus fructueux: le silence, nous devenons plus réceptifs, nous savons mieux entendre, voir, sentir, toucher et même goûter. Les longues heures de silence qui nous différencie, nous aider à regarder en nous-mêmes, à
habiter avec nous-mêmes et, surtout, d'écouter ce qui vit en nous profondément. Et si nous apprenons peu à peu, ce sont les raisons pour lesquelles nous parlons. Nous découvrons que nos paroles sont souvent l'instrument de conquête et de séduction, des moyens pour permettre à notre «je» du pouvoir d'achat, le succès, la domination sur les autres: des outils de manipulation inavouées et inavouables mots agressifs et, à des fins de pliage intéressés ... En bref grâce à la silence, nous apprenons à parler. Grâce à la pratique consciente du silence nous pouvons nous assurer que nos paroles sont toujours une source de dialogue et de compréhension, consolation et la paix ". (ENZO BIANCHI)

{Lang: 'fr'}

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>